La dépression et les maux de tête

By | November 23, 2016

Depuis de nombreuses années maintenant la dépression et les maux de tête ont été deux conditions connues pour travailler lourdement de manière synergique. Souvent, les troubles anxieux, y compris la dépression, sont accompagnés de migraines qui varient en fonction de la gravité de l’épisode de dépression. Inversement, l’inverse a également été prouvée pour être vrai que de nombreux cas de dépression ont été diagnostiqués à partir des symptômes de maux de tête que les patients ont signalé à leurs médecins.

Cette relation n’a pas toujours été comprise dans sa pleine mesure jusqu’à une décennie ou plus il y a quand les études de corrélation a montré un lien remarquable entre la dépression et les maux de tête. Les statistiques médicales montrent que jusqu’à 40% des patients atteints de migraine ont également des tendances dépressives. En outre, la relation n’était pas seulement limitée à la dépression. Les migraines ont également été perçues comme des harcelers d’autres troubles, y compris les troubles anxieux général, les attaques de panique, le trouble bipolaire, et même les troubles de toxicomanie entre autres. Dans de nombreux cas, les médecins ont également été en mesure de montrer de façon concluante que les migraines ont précédé l’apparition de troubles de la dépression.

La science derrière la dépression et les maux de tête continue d’évoluer pendant que les médecins en apprennent davantage sur la connexion entre les deux. Aujourd’hui, la compréhension de l’interconnexion de ces conditions se résume à la façon dont la dépression et les maux de tête partagent des mécanismes communs dans le cerveau. Une variété de facteurs peuvent conduire au développement d’un, puis menant à l’autre tels que les facteurs environnementaux, déclencheurs génétiques, ou même les deux en tandem.

La grande nouvelle est que cette meilleure compréhension du mécanisme derrière la dépression et les maux de tête a également ouvert la voie à des progrès notables dans le traitement de ces conditions. Il y a effectivement le «chevauchement» des médicaments qui sont des médicaments qui peuvent cibler la dépression et les maux de tête en une seule dose. Les antidépresseurs sont particulièrement populaires à cet égard parce que la plupart des marques ont un bilan solide pour gérer la douleur comme un effet secondaire du traitement de la dépression.

Il existe également d’autres options de traitement non médicamenteux qui peuvent s’avérer utiles pour contrôler les symptômes de la dépression et des maux de tête. La thérapie comportementale cognitive est une méthode qui fonctionne en améliorant la capacité d’un patient à gérer les émotions et la perception afin de minimiser les déclencheurs de la dépression. La psychothérapie est également rapidement en voie d’acceptation comme une option pour la gestion de la douleur comme un moyen de réduire la dépression. Les gens qui ne souffrent pas sont moins susceptibles d’être déprimés que ceux qui souffrent de maux de tête ou d’autres sources.

De plus, des traitements comme la thérapie de relaxation, la thérapie complémentaire et l’utilisation de groupes de soutien peuvent également limiter la sévérité de la dépression et des maux de tête chez les patients. La thérapie de relaxation repose sur la tendance normale du corps à libérer des «hormones heureuses» quand elle est dans un état paisible et détendu. Ces hormones heureuses agissent sur la chimie du cerveau pour réparer et inverser les mécanismes causant la dépression ou la migraine. La thérapie complémentaire fonctionne également de la même manière qu’elle vise à promouvoir le bien-être et la paix en utilisant des programmes méditatifs comme le yoga, l’acupuncture et le massage pour éliminer le stress et réinitialiser le cerveau à un visage plus paisible.

La dépression et les maux de tête ne sont pas des conditions faciles à gérer, surtout lorsque les deux travaillent en tandem. Toutefois, une sensibilisation accrue dans ce domaine commence à inverser la tendance et dans le processus de traiter la dépression et les symptômes de maux de tête. Avec des études continues dans le domaine, l’espoir est que ces conditions seront finalement maintenues en équilibre pour que la dépression et les maux de tête ne ruinent plus la peste la vie de nombreuses personnes comme ils le font maintenant.